L’autisme d’Alexandre: Le langage (partie 2)

Le langage (suite…)

IMG_7249La communication, dans l’esprit d’Alexandre, passe difficilement par la parole, qui n’est, pour lui, qu’un amalgame de sons et de bruits complexes, encore plus que ne peut l’être la musique par exemple. (D’ailleurs, il adore la musique et chanter!)

En effet, la musique est au moins plus «prévisible»: il y a un rythme (un beat) qui est très souvent constant, une chanson a une structure répétitive (couplet-refrain-couplet), une durée limitée dont la fin est, la plupart du temps, prévisible. De plus, c’est un monologue (à moins qu’il s’agisse d’une chanson à répondre!)

La conversation humaine est beaucoup plus complexe. Les gens ont des voix différentes, les voix des femmes et des hommes n’ont pas le même timbre, la suite des mots change sans cesse, le même mot peut être dit avec différents rythmes, inflexions, tonalités, volume, débit, accent, prononciation, etc. Sans parler des jeux de mots, de l’ironie, des doubles emplois et doubles contraintes, des idiomes, des homonymes, synonymes, antonymes, etc.

Donc, le langage verbal, c’est trop abstrait, pas assez concret. Bref, un vrai bordel!

L’écriture, par contre, ç’est déjà beaucoup plus stable et concret. Généralement, un « a » est un « a » et, le mot « éléphant », par exemple, s’écrit toujours « é-l-é-p-h-a-n-t » (du moins, selon le dictionnaire de la langue française!) En caractère d’imprimerie, noir sur blanc, c’est encore plus clair, constant.

Même une image peut être encore moins précise: 10 photos et/ou dessins d’éléphants peuvent être différentes les uns des autres et exige un effort de généralisation. Comme on le dit, « une image vaut mille mots » et, pour Alexandre, en effet, il peut y voir 1000 significations différentes. Néanmoins, bien souvent, cela reste toujours plus clair que des « bruits de bouche » qu’on appelle des « paroles. »

Au centre de réadaptation et à l’école, Alexandre utilise beaucoup des dessins que l’on appelle des « pictogrammes ». Dans ces environnements, ceux-ci peuvent lui permettre de comprendre plus rapidement les consignes ou certains concepts. Toutefois, après plusieurs années d’expérience, à la maison les pictos ne sont que très rarement utilisés. En effet, mes grands maitres ont appris à bien reconnaître les signes de détresse chez mon petit maitre. Aussi, sachant ce qui le rend anxieux, ils sont en mesure d’intervenir avant la crise (dont je parlerai plus en profondeur plus tard dans le prochain article.) De plus, à la maison il y a une routine d’installée, ce qui rassure beaucoup mon petit maitre. Finalement, une fois qu’Alexandre, lorsqu’il est calme, a compris un mot, une consigne ou un concept, il se désintéresse complètement aux pictogrammes et même aux scénarios sociaux.  Cela peut être utile pour introduire une nouvelle idée, certes, mais n’est jamais très efficace sur la durée.  Bref, à part quelques exceptions, mes grands-maîtres les utilisent que très rarement.

Aussi, la capacité d’Alexandre à lire rassura mes grand maitres. Bien que l’on ne sait pas s’il lit en associant les suites de lettres ou s’il apprend tout simplement les mots par cœur par leurs formes, (l’un des « dons » d’Alexandre est sa mémoire phénoménale, que l’on pourrait qualifier de photographique), mes grands maitres ont acquis la profonde conviction qu’Alexandre ne souffrait pas d’une déficience intellectuelle, mais plutôt d’une forme d’intelligence différente, dans le sens qu’il est capable d’adaptabilité et d’apprendre, mais selon des voies non-conventionnelles.

Néanmoins, ils n’abandonnèrent pas l’objectif qu’Alexandre puisse, un jour, comprendre le langage verbal et, surtout, parler.

Et ç’a s’est fait purement par accident!

À suivre!

Uhura

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s